Types de pompes à chaleur

Il existe de nombreux types de pompes à chaleur, ayant toutes leurs spécificités. On distingue deux grandes familles : les PAC géothermiques et les PAC aérothermiques.

Les pompes à chaleur géothermique puisent la chaleur dans le sol. Cela peut-être en surface (60 à 120 centimètres de profondeur), les capteurs sont alors disséminés sur un grand périmètre. Ou alors en profondeur : on creuse un puits pouvant atteindre 80 mètres, afin de capter la chaleur du sol (qui augmente avec la profondeur) ou la chaleur de l’eau d’une nappe souterraine.


Les pompes à chaleur aérothermiques puisent l’énergie dans l’air. Elles sont plus simples à installer, moins chères mais aussi moins efficaces.

A côté de ces 2 grandes familles, plusieurs types de conceptions existent, se différanciant par la manière dont les fluides circulent et rendent la chaleur.

La pompe à chaleur à détente directe ne comprend qu’un circuit, c’est le même qui circule pour la pompe, les capteurs et les émetteurs de chaleur.

La pompe à chaleur mixte a quant à elle 2 circuits : un qui fait circuler le fluide des capteurs à la pompe à chaleur, et un de l’eau chaude des émetteurs.

La pompe à chaleur à fluides intermédiaires a 3 circuits : celui de la pompe à chaleur, celui des capteurs et celui des émetteurs.

Bien souvent, on ne prend pas tellement en compte ces paramètres, on parle plutôt de pompe à chaleur x-y, x étant l’endroit où on prélève la chaleur, et y l’élément la restituant. Dans les pompes à chaleur aérothermiques, on retrouve donc les PAC air-air et air-eau, dans les PAC géothermiques les pompes à chaleur sol-sol, sol-eau et eau-eau.